Non, les protéines ne se transforment pas en sucre !

Encore un mythe incroyable qu’on m’oppose rĂ©guliĂšrement quand j’explique qu’il est important de manger suffisamment de protĂ©ines et surtout pas de les limiter Ă  1g/kg de poids (qui est le MINIMUM vital, absolument pas la quantitĂ© optimale) : « Oui mais les protĂ©ines se transforment en glucose ! » đŸ˜€

Il est vraiment primordial de comprendre le fonctionnement du métabolisme pour saisir à quel point cette affirmation est simpliste.

🚹 En prĂ©-requis, avant d’aller plus loin sur l’explication de la nĂ©oglucogĂ©nĂšse, posons un fait : l’Ă©lĂ©vation de la cĂ©tonĂ©mie est le symptĂŽme qu’on convertit du gras en Ă©nergie, que ce soit notre gras stockĂ© ou du gras apportĂ© par l’alimentation. Ce n’est pas PARCE QUE la cĂ©tonĂ©mie s’Ă©lĂšve qu’on perd du poids, mais c’est PARCE QUE nos corps va piocher dans nos rĂ©serves OU parce qu’il utilise le gras alimentaire que la cĂ©tonĂ©mie s’Ă©lĂšve.

Pour aller plus loin sur ce mythe de la cĂ©tose, je t’invite Ă  lire ces articles :
→ Le rĂ©gime cĂ©togĂšne n’existe pas
→ Le mythe de la cĂ©tose

Ceci Ă©tant posĂ©, on comprend donc que tout l’enjeu de la perte de poids via la rĂ©duction des glucides n’est pas « d’ĂȘtre en cĂ©tose » (sic) mais bien de limiter la rĂ©sistance Ă  l’insuline des cellules, en limitant les apports en glucides et l’inflammation, et de relancer le mĂ©tabolisme pour l’inciter Ă  utiliser le gras stockĂ© dans nos adipocytes.

La nĂ©oglucogĂ©nĂšse, c’est quoi ?

La néoglucogénÚse, également appelée gluconéogénÚse, signifie « création de nouveau glucose ».

La néoglucogénÚse est un processus métabolique crucial qui permet la synthÚse du glucose à partir de précurseurs non glucidiques et donc, effectivement, de certains acides aminés issus des protéines. Ce mécanisme assure un apport en glucose indispensable pour les organes et fonctions du corps qui en ont besoin.

Ce processus se produit que l’on consomme des glucides ou pas, chez tout le monde. C’est le mode de fonctionnement NORMAL du mĂ©tabolisme qui contribue Ă  une glycĂ©mie stable et une gestion optimale de l’Ă©nergie (puisque nous ne vivons pas sous perfusion de glucose en continu).

Mais cette crĂ©ation de glucose Ă  partir des protĂ©ines est un processus complexe et couteux sur le plan mĂ©tabolique, qui ne va pas se produire de maniĂšre automatique immĂ©diatement aprĂšs qu’on ait consommĂ© des protĂ©ines. La nĂ©oglucogĂ©nĂšse est un processus dĂ©clenchĂ© Ă  la demande lorsque le corps, merveilleuse machine, a besoin de glucose pour nourrir certains organes.

Le foie est sollicitĂ© pour produire du glucose parce qu’il y a un BESOIN. Il ne va pas s’amuser Ă  crĂ©er du glucose Ă  partir des acides aminĂ©s et des acides gras juste pour le plaisir de faire monter l’insuline et relancer le processus de transformation de ce nouveau glucose en triglycĂ©rides 😅

Dans le cadre d’une alimentation rĂ©duite en glucides, c’est donc un processus normal et souhaitable, pour continuer Ă  alimenter en glucose les organes qui en ont besoin, et il contribue mĂȘme Ă  la relance du mĂ©tabolisme puisque l’activation frĂ©quente de la nĂ©oglucogĂ©nĂšse nĂ©cessite plus d’Ă©nergie !

Mario CarriĂšre a traduit et commentĂ© un excellent article sur le sujet sur son blog, si l’aspect biochimique de la nĂ©oglucogĂ©nĂšse vous intĂ©resse :
→ Plus que vous n’auriez jamais voulu savoir sur les protĂ©ines et la nĂ©oglucogenĂšse

La viande se transforme-t’elle en sucre ?

On peut donc effectivement affirmer de maniĂšre trĂšs simpliste que « la viande peut se transformer en sucre », dans le sens oĂč non, le corps n’a pas besoin d’un apport alimentaire en glucose puisqu’il peut utiliser d’autres substrats pour fabriquer du glucose destinĂ© aux organes qui en ont besoin.

Mais non, la viande et les protĂ©ines en gĂ©nĂ©ral ne se transforment pas d’office en glucose, mĂȘme si on en consomme ‘beaucoup’ (ce qui est plutĂŽt rare puisqu’on a plutĂŽt tendance Ă  ne pas en consommer assez, comme je vous l’explique dans cet article : « Faut il avoir peur des protĂ©ines ? »).

Et si effectivement il peut se produire une Ă©lĂ©vation de la glycĂ©mie et une baisse de la cĂ©tonĂ©mie aprĂšs un repas riche en protĂ©ines, ça n’a rien Ă  voir avec la nĂ©oglucogĂ©nĂšse (puisque les protĂ©ines en questions ne seront pas digĂ©rĂ©es avant plusieurs heures) mais Ă  un mĂ©canisme de libĂ©ration du glycogĂšne par le foie, totalement normal lorsqu’on consomme des protĂ©ines.

La nĂ©oglucogĂ©nĂšse n’est pas un ‘problĂšme’, c’est un processus normal et souhaitable d’adaptation et de gestion des apports Ă©nergĂ©tiques du corps, qui ne doit pas ĂȘtre craint !

Vous pouvez donc totalement oublier ce mythe et manger votre viande, vos oeufs et votre poisson sans crainte, d’autant que ce sont les protĂ©ines qui apportent la satiĂ©tĂ©, permettent de lisser la charge glucidique d’un repas et fournissent Ă  votre mĂ©tabolisme les nutriments essentiels pour qu’il fonctionne de maniĂšre optimale 😋

🚀 tu veux dĂ©marrer rapidement ?

🎁 JE T’OFFRE UNE INITIATION GRATUITE EN 6 VIDÉOS POUR COMPRENDRE ET METTRE EN PLACE UNE ALIMENTATION RÉDUITE EN GLUCIDES