Le Régime Cétogène (keto), principes de base, informations pratiques et questions fréquentes

Au sommaire de cette page dédiée aux alimentations réduites en glucides (régime cétogène, mais également lowcarb, LCHF) :


Les différentes définitions du régime cétogène

Cétogène est un adjectif qui s’applique à tout un ensemble d’alimentations réduites en glucides, plus ou moins strictes, qui se déclinent dans un nombre infini de version : le régime céto hypotoxique, la diète carnivore, le modèle RP/E, l’alimentation hypoglucidique (lowcarb) ou encore le LCHF pour Low Carb High Fat.

Parler de « régime cétogène » ou de « régime keto » est donc un abus de langage : il n’y a pas qu’une seule façon de pratiquer une alimentation cétogène, mais tout un tas d’alimentations réduites en glucides (ARG).

Le point commun de l’ensemble de ces alimentations ? La réduction massive des apports en glucides permettant d’entraîner une augmentation de la cétonémie, qualifiée de cétose nutritionnelle optimale. Cette augmentation est généralement le symptôme de l’utilisation des lipides comme source d’énergie par le métabolisme.

Attention, le régime céto n’est pas un régime bikini ! On parle ici de régime au sens premier du terme, une façon de s’alimenter, durable et savoureuse, qui permet à ceux qui le pratiquent, d’améliorer leur santé.

Bien sûr, l’un des premiers usages du régime keto est la perte de poids, mais les bénéfices pour la santé vont bien au delà !

Pour aller plus loin :
Le régime keto n’existe pas
Les mythes du régime cétogène


Les grands principes du régime cétogène

L’idée principale d’une alimentation cétogène quelle qu’elle soit est de réduire suffisamment les glucides pour que le métabolisme utilise les lipides comme source de carburant. Et donc bien entendu, de lui fournir suffisamment de carburant !

On supprime donc les sucres raffinés, mais également la plupart des fruits, les féculents, les farines mêmes complètes, les légumineuses ainsi que les produits transformés, pour revenir à une alimentation simple et saine : de la bonne viande ou des poissons – de préférence gras -, des légumes verts, des baies, des noix, des huiles saines (olives, coco, avocat) et des produits laitiers.

Ce régime alimentaire favorise donc avant tout les protéines et les lipides pour apporter énergie et satiété, et inclut une part raisonnable de légumes verts.

Image d'une assiette comportant pour moitié une portion de viande, pour un quart des légumes verts et pour le dernier quart, du fromage, des noix et du beurre.
Cette illustration permet d'illustrer les principes de l'alimentation cétogène.

🚨 Une des principales incompréhensions du ‘régime keto’ réside dans la notion de ‘manger gras pour perdre du poids’. Si le corps carbure en effet « au gras » lorsqu’on réduit les glucides, ce n’est pas pour autant qu’il faut en surconsommer, à fortiori dans une recherche de perte de poids : le corps doit utiliser le gras stocké dans nos adipocytes ! La part de gras dans le régime keto non thérapeutique reste raisonnable (voir la vidéo ‘la vérité sur le gras en régime céto’).


Les applications du régime cétogène

Utilisé depuis la fin du 19ème siècle dans le traitement de l’épilepsie, le régime cétogène est aujourd’hui prescrit par de nombreux médecins dans le traitement des maladies métaboliques : diabète, obésité, goutte, maladie du foie gras…

Et ce ne sont pas les seules applications connues et reconnues par la science ! La réduction des glucides – qui permet de diminuer la sécrétion d’insuline et donc d’éviter la résistance à l’insuline qui cause le diabète de type 2 et l’obésité – a en effet un potentiel thérapeutique dans le cadre de troubles neurologiques, comme la maladie d’Alzheimer, les TDAH, le syndrome des ovaires polykystiques, la fatigue chronique et les maladies inflammatoires, y compris les maladies cardiovasculaires et l’hypertension !

Pour autant, attention : les termes « régime céto » ou « keto diet » sont souvent utilisés de manière abusive. Réduire ses glucides en supprimant les sucres rapides et les féculents n’a rien à voir avec les protocoles thérapeutiques mis en place dans le cadre d’une application médicale du régime cétogène. Et tant mieux – personne n’a envie de manger 200g de beurre par jour.

Le « régime cétogène » grand public est plus modéré dans ses apports en gras, et dans la réalité, il s’agit bien souvent plus d’une alimentation réduite en glucides (ARG), également appelée lowcarb, que d’une stricte alimentation cétogène à vocation thérapeutique.

Pour aller plus loin :
Les bienfaits de la réduction des glucides


Les questions fréquentes

Tu t’interroges sur la mise en place d’un régime cétogène ou lowcarb ? J’ai créé une FAQ pour répondre à toutes tes questions !

En réduisant considérablement les apports en glucides, le corps doit utiliser les graisses stockées comme principale source d'énergie. Cette combustion des gras stocké provoque une augmentation de la cétonémie, on parle alors d'une alimentation cétogène : qui génère la cétose.

Non, il est possible de relancer son métabolisme et de réduire la résistance à l'insuline responsable de la prise de poids sans forcément être en cétose.

Les aliments autorisés comprennent la viande, les poissons gras, les légumes à faible teneur en glucides, les baies, les noix, les huiles saines et les produits laitiers.

Les aliments à éviter sont les sucres raffinés, les fruits riches en glucides, les féculents, les farines, les légumineuses et les produits transformés.

Oui, le régime cétogène peut être efficace pour perdre du poids car il favorise la combustion des graisses et réduit l'appétit. Il n'est cependant pas nécessaire d'être en cétose pour perdre du poids, et une alimentation simplement réduite en glucides peut suffire.

Dans la plupart des cas, le régime cétogène est considéré comme sûr. Cependant, il peut y avoir des effets secondaires temporaires tels que la fatigue, les maux de tête et les troubles digestifs. Une réduction plus rationnelle des glucides, sans ajout de gras exagéré et avec des apports suffisants en protéines ne présentera pas ces effets secondaires et permettra d'améliorer la santé métabolique.

Le régime cétogène peut être suivi par la plupart des personnes en bonne santé, mais il est essentiel de consulter un professionnel de la santé avant de commencer, surtout en cas de problèmes de santé préexistants. Une alimentation réduite en glucides modérée en gras avec des apports suffisants en protéines devrait même être considéré comme l'alimentation "idéale" pour tous.

Oui, le régime cétogène peut être utilisé comme traitement dans certaines maladies comme l'épilepsie, le diabète de type 2, l'obésité, la maladie d'Alzheimer et les maladies cardiovasculaires. Une alimentation réduite en glucides, sans être cétogène, peut également suffire dans bien des cas.

La durée recommandée varie selon les besoins individuels. Certaines personnes suivent le régime de manière continue, tandis que d'autres l'utilisent de manière intermittente. Tout dépend de ta flexibilité métabolique : si tu as été en fort surpoids sur une longue période, il est probable que tu doives maintenir une alimentation réduite en glucides à long terme, mais pas forcément strictement cétogène.

Oui, il existe d'autres régimes réduits en glucides tels que le régime low carb, le LCHF (Low Carb High Fat) et la diète hypotoxique. L'idée n'est pas d'appliquer bêtement les préceptes du régime cétogène mais bien de trouver l'alimentation réduite en glucides qui va TE convenir.

Si tu as des questions complémentaires, n’hésite pas à me contacter !

🚀 tu veux démarrer rapidement ?

🎁 JE T’OFFRE UNE INITIATION GRATUITE EN 6 VIDÉOS POUR COMPRENDRE ET METTRE EN PLACE UNE ALIMENTATION RÉDUITE EN GLUCIDES